Géographie & Climatologie
avec Eya Hkiri

Région arctique

Eya Hkiri Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, Département de géographie

Table des matières:Géographie et climat de l'ArctiqueClimat arctiquePlantes et animaux de l'ArctiqueL'homme dans l'ArctiqueLe changement climatique et l'Arctique

L'Arctique est la région de la Terre située entre 66,5°N et le pôle Nord. En plus d'être définie comme étant à 66,5°N de l'équateur, la frontière spécifique de la région arctique est définie comme étant la zone dans laquelle les températures moyennes de juillet suivent l'isotherme de 10°C. Géographiquement, l'Arctique s'étend sur l'océan Arctique et couvre des zones terrestres dans certaines parties du Canada, de la Finlande, du Groenland, de l'Islande, de la Norvège, de la Russie, de la Suède et des États-Unis (Alaska).

Géographie et climat de l'Arctique

La majeure partie de l'Arctique est composée de l'océan Arctique, qui s'est formé lorsque la plaque eurasienne s'est rapprochée de la plaque pacifique il y a des milliers d'années. Bien que cet océan constitue la majeure partie de la région arctique, il s'agit du plus petit océan du monde. Il atteint des profondeurs de 969 m et est relié à l'Atlantique et au Pacifique par plusieurs détroits et voies navigables saisonnières, comme le passage du Nord-Ouest (entre les États-Unis et le Canada) et la route maritime du Nord (entre la Norvège et la Russie).

La majeure partie de l'Arctique étant constituée de l'océan Arctique ainsi que de détroits et de baies, une grande partie de la région arctique est composée d'une banquise dérivante qui peut atteindre jusqu'à trois mètres d'épaisseur en hiver. En été, cette banquise est principalement remplacée par des eaux libres souvent parsemées d'icebergs qui se sont formés lorsque la glace s'est détachée des glaciers terrestres et/ou de morceaux de glace qui se sont détachés de la banquise.

Climat arctique

Le climat de la région arctique est très froid et rigoureux pendant la majeure partie de l'année en raison de l'inclinaison axiale de la Terre. Pour cette raison, la région ne reçoit jamais la lumière directe du soleil, mais plutôt des rayons indirects, ce qui réduit le rayonnement solaire. En hiver, la région arctique est plongée dans l'obscurité pendant 24 heures, car les hautes latitudes, comme l'Arctique, ne sont pas exposées au soleil à cette époque de l'année. En revanche, en été, la région reçoit 24 heures de lumière solaire parce que la Terre est inclinée vers le soleil. Les rayons du soleil n'étant pas directs, les étés sont doux ou frais dans la plupart des régions arctiques.

L'Arctique étant recouvert de neige et de glace pendant une grande partie de l'année, son albédo ou son pouvoir réfléchissant est élevé, ce qui lui permet de renvoyer le rayonnement solaire dans l'espace. Les températures sont également plus douces dans l'Arctique que dans l'Antarctique, car la présence de l'océan Arctique contribue à les modérer.

Certaines des températures les plus basses enregistrées dans l'Arctique l'ont été en Sibérie, autour de -50 °C. En été, la température moyenne dans l'Arctique est de 10 °C, bien qu'à certains endroits, elle puisse atteindre 30 °C pendant de courtes périodes.

Plantes et animaux de l'Arctique

Le climat de l'Arctique étant très rude et le pergélisol étant très répandu dans cette région, il s'agit principalement d'une toundra dépourvue d'arbres, avec des espèces végétales telles que des lichens et des mousses. Au printemps et en été, les plantes à faible croissance sont également courantes. Les plantes à faible croissance, les lichens et les mousses sont les plus courants car leurs racines sont peu profondes et ne sont pas bloquées par le sol gelé et, comme ils ne poussent pas dans l'air, ils sont moins susceptibles d'être endommagés par les vents violents.

Les espèces animales présentes dans l'Arctique varient en fonction des saisons. En été, de nombreuses espèces de baleines, de phoques et de poissons peuplent l'océan Arctique et les cours d'eau qui l'entourent. Sur terre, on trouve des espèces telles que des loups, des ours, des caribous, des rennes et de nombreuses espèces d'oiseaux. En hiver, beaucoup de ces espèces migrent vers le sud, vers des climats plus chauds.

L'homme dans l'Arctique

L'homme vit dans l'Arctique depuis des milliers d'années. Il s'agissait principalement de groupes de peuples indigènes tels que les Inuits au Canada, les Saamis en Scandinavie et les Nenets et les Yakoutes en Russie. Aujourd'hui, bon nombre de ces groupes sont toujours présents et les nations susmentionnées qui possèdent des terres dans la région arctique revendiquent des territoires. En outre, les nations dont les territoires bordent l'océan Arctique ont également des droits de zone économique exclusive maritime.

L'Arctique n'étant pas propice à l'agriculture en raison de son climat rigoureux et du pergélisol, les habitants autochtones historiques ont survécu en chassant et en cueillant leur nourriture. Dans de nombreux endroits, c'est encore le cas pour les groupes qui survivent aujourd'hui. Par exemple, les Inuits du Canada survivent en chassant des animaux tels que le phoque sur la côte pendant l'hiver et le caribou à l'intérieur des terres pendant l'été.

Malgré sa faible population et son climat rigoureux, la région arctique est importante pour le monde d'aujourd'hui, car elle possède d'importantes ressources naturelles. C'est la raison pour laquelle de nombreuses nations s'intéressent aux revendications territoriales dans la région et dans l'océan Arctique. Parmi les principales ressources naturelles de l'Arctique figurent le pétrole, les minéraux et la pêche. Le tourisme commence également à se développer dans la région et l'exploration scientifique est un domaine en pleine expansion, tant sur la terre ferme que dans l'océan Arctique.

Le changement climatique et l'Arctique

Depuis quelques années, on sait que la région arctique est extrêmement sensible au changement climatique et au réchauffement de la planète. De nombreux modèles climatiques scientifiques prévoient également un réchauffement climatique plus important dans l'Arctique que dans le reste de la Terre, ce qui a suscité des inquiétudes quant au rétrécissement de la banquise et à la fonte des glaciers dans des endroits comme l'Alaska et le Groenland. On pense que l'Arctique est vulnérable principalement en raison de boucles de rétroaction : un albédo élevé réfléchit le rayonnement solaire, mais à mesure que la glace de mer et les glaciers fondent, l'eau de mer plus sombre commence à absorber, au lieu de réfléchir, le rayonnement solaire, ce qui fait encore augmenter les températures. La plupart des modèles climatiques montrent une perte quasi-totale de la glace de mer dans l'Arctique en septembre (la période la plus chaude de l'année) d'ici 2040.

Les problèmes liés au réchauffement de la planète et au changement climatique dans l'Arctique comprennent la perte d'habitats essentiels pour de nombreuses espèces, l'élévation du niveau de la mer dans le monde si la glace de mer et les glaciers fondent et la libération du méthane stocké dans le pergélisol, qui pourrait exacerber le changement climatique.

Des réponses simples à des questions complexes sur l'empreinte carbone

Température du point de rosée

5 causes du réchauffement climatique

Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cela. En savoir plus Politique de confidentialité

Accept