Géographie & Climatologie
avec Eya Hkiri

Le réchauffement climatique est-il un mythe ou une vérité ?

L'écologie

Eya Hkiri Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, Département de géographie

Table des matières:Le réchauffement climatique est-il réel ?Et quel est le réchauffement actuel ?Le climat change tout le temps. Qu'y a-t-il d'inhabituel dans le réchauffement de la planète ?Qu'est-ce qui est vrai : le réchauffement planétaire ou le changement climatique ?Personne ne peut prédire avec certitude le temps qu'il fera pendant une semaine, de quel type de prévision climatique peut-on parler ?Le climat change, mais quel est le rapport avec l'homme ?Quelles sont les hypothèses sur les effets du réchauffement climatique ?

Tout le monde parle du réchauffement climatique. L'écolière suédoise Greta Tunberg a joué un rôle important en attirant enfin l'attention sur le problème. "OneWeather", quant à lui, répond aux questions embarrassantes concernant le réchauffement de la planète : son existence et son amélioration ou son aggravation.

Le réchauffement climatique est-il réel ?

En quelques mots. Il est réel. Il suffit de regarder les données.

Le réchauffement climatique est un fait observable ; il ne dépend aucunement de l'opinion des scientifiques ou des hommes politiques. Il suffit de regarder la dynamique de la température moyenne annuelle sur la planète. Ces données sont disponibles auprès de la Unité de recherche climatique (Université d'East Anglia) et du Met Office. Vous pouvez également obtenir les données des différentes stations météorologiques sur le site web de la NASA, les analyser vous-même et tirer vos propres conclusions.

Le réchauffement peut être observé non seulement par des mesures directes de la température de l'air à la surface, mais aussi par des données indirectes. Par exemple, il est clairement visible par l'élévation du niveau global des océans. L'élévation du niveau de la mer peut s'expliquer par la simple dilatation thermique de l'eau - l'eau, comme toute substance, se dilate lorsqu'elle est chauffée, ce qui entraîne une augmentation du niveau de la mer à l'échelle mondiale. Il existe également de nombreuses autres données : la diminution de la superficie de la neige et de la glace de mer dans l'Arctique, la fonte des glaciers, etc.

Et quel est le réchauffement actuel ?

En quelques mots. Environ un degré Celsius.

Pour le point zéro, les climatologues prennent généralement la température moyenne de la planète au XXe siècle ou pendant la période préindustrielle (1850-1900), mais ces valeurs ne diffèrent pratiquement pas les unes des autres. Elle est d'environ +14 degrés Celsius. Soit dit en passant, c'est 32 (et maintenant 33) degrés de plus que ce qu'elle serait s'il n'y avait pas de gaz à effet de serre et pas d'atmosphère du tout autour de la Terre.

Est-ce beaucoup ou peu ? Le dernier grand rapport du GIEC compare deux scénarios de changement climatique. Dans le premier scénario, les températures augmentent encore d'un demi-degré, pour atteindre +1,5 au-dessus des niveaux préindustriels, et dans le second, d'un degré supplémentaire, pour atteindre +2. Cette différence apparemment minime a, selon le rapport, d'énormes répercussions sur les régions polaires, les écosystèmes marins, la fréquence des inondations, etc.

Le climat change tout le temps. Qu'y a-t-il d'inhabituel dans le réchauffement de la planète ?

En bref. Ce ne sont pas les valeurs absolues des températures qui sont importantes, mais le rythme des changements.

Le climat change en effet constamment. Au cours des 4,5 milliards d'années d'existence de la Terre, il a été à la fois beaucoup plus chaud et beaucoup plus froid qu'aujourd'hui. Cependant, même si l'on regroupe toutes les valeurs de température globale disponibles sur une même ligne temporelle, on constate que le taux d'augmentation n'a jamais été aussi élevé.

Bien entendu, les données relatives au passé lointain de la planète ne sont pas aussi précises que les mesures modernes, de sorte que nous pourrions théoriquement manquer certains pics de température à court terme. Cependant, au moins pendant le dernier demi-million d'années, il n'y a rien eu de tel, et il n'y a aucune raison de penser que de tels pics se soient produits auparavant.

Qu'est-ce qui est vrai : le réchauffement planétaire ou le changement climatique ?

En bref. Le terme correct est "changement climatique rapide".

Le changement climatique actuel se caractérise principalement par sa nature anthropique et sa rapidité, et non par sa direction. L'histoire du climat a connu de nombreux "réchauffements planétaires". En outre, alors que les températures moyennes augmentent presque partout sur la planète, il existe au moins une petite région dans l'Atlantique Nord où le réchauffement global s'accompagne d'une baisse locale de la température. Cela est dû à un ralentissement du Gulf Stream et à une diminution correspondante du transport de chaleur. Par conséquent, l'expression "changement climatique rapide" serait la plus correcte.

Personne ne peut prédire avec certitude le temps qu'il fera pendant une semaine, de quel type de prévision climatique peut-on parler ?

En bref. La météo et le climat sont deux choses différentes, et leurs prévisions sont fondamentalement différentes.

Les météorologues se concentrent sur de nombreuses circonstances particulières, sur l'état actuel du système et calculent son évolution dans le futur. Le climatologue, quant à lui, se contente de considérer le bilan énergétique, qui fixe le cadre des fluctuations possibles : températures annuelles moyennes, précipitations annuelles moyennes, etc. Ce cadre ne dépend pas d'accidents, mais de flux d'énergie et de substances tout à fait mesurables et calculables.

Pour établir une prévision du changement climatique, il n'est pas nécessaire de connaître le temps qu'il fait actuellement, mais de mesurer la quantité d'énergie absorbée par la Terre, le pourcentage de chaleur réfléchie, la composition de l'atmosphère, la dépendance de l'évaporation des océans par rapport à la température, etc. Ces mesures ont bien sûr leurs propres incertitudes, et elles introduisent une incertitude dans les prévisions climatiques. Mais cette incertitude est connue à l'avance, elle fixe un cadre clair pour le scénario le plus probable et ne dépend pas de l'emplacement des nuages ou du vol d'un papillon.

Le climat change, mais quel est le rapport avec l'homme ?

En bref. Lorsqu'il n'y avait pas d'homme, l'équilibre énergétique de la planète était différent.

Il y a deux façons de répondre à cette question. Tout d'abord, il suffit d'interroger les scientifiques qui travaillent sur le sujet. De telles enquêtes ont été réalisées et le résultat est sans équivoque : la grande majorité des chercheurs (au moins 97 %) pensent que l'activité humaine est la cause principale du changement climatique rapide. Pour en savoir plus sur la méthodologie de comptage des opinions, cliquez ici.

Si cela ne suffit pas, nous pouvons essayer de le découvrir par nous-mêmes. Cependant, la contribution exacte de la composante anthropique au changement climatique ne peut pas être calculée rapidement. Pour ce faire, il est nécessaire de construire des modèles informatiques de la planète, qui prennent en compte de nombreux facteurs : la quantité totale d'énergie absorbée, son devenir ultérieur, le transfert d'énergie par les vents et les courants, les changements dans le bilan énergétique sous l'influence des gaz à effet de serre, etc. Il s'agit d'un travail assez complexe, qu'il est difficile de vérifier "sur place". Mais même sans calculs complexes, le rôle de l'homme dans le changement climatique peut être grossièrement estimé en comparant plusieurs faits observables (et non des opinions) :

Il semble que ces quelques faits suffisent à tirer vos propres conclusions.

Quelles sont les hypothèses sur les effets du réchauffement climatique ?

Une évaluation détaillée et relativement récente des effets économiques du changement climatique est présentée dans un article publié par des chercheurs de Stanford dans la revue Nature. À l'aide de données historiques, les scientifiques ont analysé la dépendance du PIB de différents pays, au cours de différentes années, par rapport à la température annuelle moyenne sur son territoire et ont tenté de prédire comment cet indicateur variera dans deux scénarios : si le réchauffement climatique parvient à se maintenir à un degré et demi, et s'il atteint et dépasse deux degrés au-dessus du niveau préindustriel.

Les calculs permettent de tirer deux conclusions : dans le "mauvais" scénario, ce sont les pays équatoriaux, pour la plupart pauvres, qui seront les plus durement touchés par le réchauffement. Les pays du Nord, tels que la Russie et le Canada, pourraient même bénéficier économiquement d'un réchauffement "supplémentaire". Mais dans ce cas, le PIB mondial diminuera de 15 à 25 % d'ici la fin du siècle - avec une crise économique mondiale d'une telle ampleur, tout gain local dans les pays du Nord sera imperceptible pour eux.

Comment fonctionnent les thermomètres ?

Des réponses simples à des questions complexes sur l'empreinte carbone

Une température de bureau optimale pour la productivité

Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cela. En savoir plus Politique de confidentialité

Accept