Géographie & Climatologie
avec Eya Hkiri

Les trous d'ozone se referment

L'écologie

Eya Hkiri Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, Département de géographie

Table des matières:Il n'y avait donc pas de problème ?Qu'est-ce que le trou d'ozone ?La lumière ultraviolette ne contribue-t-elle pas à la production de vitamine D ? Et n'est-elle pas bonne pour la santé ?Quelles sont donc les causes de la formation des trous d'ozone ?Mon déodorant en aérosol doit donc être jeté ! Et que dire des réfrigérateurs : détruisent-ils encore la couche d'ozone ?C'est très bien. Mais qu'en est-il du trou d'ozone au-dessus de l'Antarctique ? S'est-il dissipé ?Si le trou est toujours là, peut-on parler d'un succès de l'effort international ?Comment a-t-il été possible de négocier la protection de la couche d'ozone ?

L'année 2023 a commencé par une bonne nouvelle pour la planète : la couche d'ozone se reconstituera complètement dans les 40 prochaines années. C'est la conclusion à laquelle sont parvenus les experts des Nations unies qui ont publié un rapport sur le respect du protocole de Montréal (qui réglemente les émissions de substances appauvrissant la couche d'ozone). Il y a quelques décennies, le trou de la couche d'ozone semblait être presque le problème le plus grave auquel l'humanité était confrontée.

Il n'y avait donc pas de problème ?

Non. Le problème de l'appauvrissement de la couche d'ozone était en effet très grave et menaçait de causer de graves problèmes à l'homme. Grâce à une interdiction mondiale des émissions d'un certain nombre de produits chimiques, un scénario catastrophique a pu être évité : d'abord, le trou d'ozone au-dessus de l'Antarctique (le plus célèbre et le plus grand au-dessus de la Terre) a cessé de croître, puis a commencé à se résorber. Mais il est trop tôt pour se détendre : l'humanité continue d'empoisonner l'atmosphère avec toute une série de produits chimiques nocifs.

Qu'est-ce que le trou d'ozone ?

En général, lorsque les gens entendent parler du trou d'ozone, ils imaginent un trou littéral dans l'atmosphère. En fait, un trou d'ozone est une zone de la haute atmosphère où la concentration d'ozone est inférieure à un certain seuil. Si nous appliquons l'analogie au tissu, il ne s'agit pas d'un trou, mais plutôt d'une éraflure. L'ozone atmosphérique est responsable de l'absorption des rayons ultraviolets (UV) nocifs émis par le soleil.

La lumière ultraviolette ne contribue-t-elle pas à la production de vitamine D ? Et n'est-elle pas bonne pour la santé ?

Une exposition plus intense aux rayons ultraviolets peut effectivement réduire la carence en vitamine D dans l'organisme. Le problème est que le mélanome serait un prix trop élevé à payer pour une dose supplémentaire de vitamine D qui pourrait être obtenue par des moyens moins dangereux, tels que les médicaments.

En perdant la couche d'ozone, la Terre perdrait le "bouclier" qui la protège des rayons UV du soleil. Les hommes, les animaux et les plantes en souffriraient.

Quelles sont donc les causes de la formation des trous d'ozone ?

La principale cause est l'émission de chlorofluorocarbones (CFC), des substances chimiques qui montent dans la stratosphère et détruisent les molécules d'ozone. Ils ont longtemps été utilisés, par exemple, dans les réfrigérateurs et les aérosols. En 1974, le premier article scientifique établissant un lien entre les émissions de CFC et la destruction de l'ozone a été publié. Pour cette découverte, ses auteurs, les chimistes américains Mario Molina et Sherwood Rowland, ont reçu le prix Nobel de chimie en 1995 - avec le Néerlandais Paul Krutzen.

Mon déodorant en aérosol doit donc être jeté ! Et que dire des réfrigérateurs : détruisent-ils encore la couche d'ozone ?

Vous n'avez plus à vous inquiéter : les aérosols et les réfrigérateurs modernes n'endommagent pas la couche d'ozone. Au lieu de produits chimiques qui appauvrissent la couche d'ozone, ils utilisent désormais des analogues plus sûrs (chimiquement très similaires, mais sans atomes de chlore).

Lorsque les scientifiques ont établi le lien entre les CFC et la destruction de la couche d'ozone, il est apparu clairement que le processus pouvait être arrêté simplement en interdisant les substances nocives. Tout ce qu'il faut, c'est la volonté politique et les efforts conjoints de l'ensemble de la communauté mondiale, car il ne suffit pas d'interdire les CFC dans un seul pays ou sur un seul continent.

Le premier pas vers l'interdiction des CFC a été franchi en mars 1985, lorsque deux douzaines de pays, dont l'URSS, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis, ont signé la Convention de Vienne pour la protection de la couche d'ozone.

L'étape suivante a été la signature du protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, à l'automne 1987. Ce traité international, entré en vigueur en 1989, contient un plan d'élimination progressive des CFC et de certains autres produits chimiques.

En 2009, la Convention de Vienne et le Protocole de Montréal ont été les premiers traités de l'histoire de l'ONU à recevoir une ratification universelle, ce qui signifie que tous les États reconnus du monde y ont formellement adhéré.

C'est très bien. Mais qu'en est-il du trou d'ozone au-dessus de l'Antarctique ? S'est-il dissipé ?

Pas encore. Le plus grand trou d'ozone se trouve toujours au-dessus de l'Antarctique. Sa superficie varie selon les saisons, mais peut atteindre 25 millions de kilomètres carrés. Cela représente environ deux fois la superficie de la Sibérie, de l'Oural à l'océan Pacifique.

Le trou d'ozone de l'Antarctique est encore très étendu, mais la tendance est à la baisse. Si tous les pays continuent d'interdire les CFC et d'autres produits chimiques, le trou d'ozone au-dessus de l'Antarctique se résorbera vers 2066, prédisent les auteurs d'un nouveau rapport des Nations unies.

Si le trou est toujours là, peut-on parler d'un succès de l'effort international ?

Oui, nous le pouvons.

En 2016, près de trois décennies après la signature du protocole, les scientifiques ont observé des signes indiquant que la couche d'ozone commençait à se reconstituer. Début 2022, les concentrations d'ozone stratosphérique dans les latitudes moyennes avaient chuté de 50 %, revenant aux niveaux de 1980.

En 2009, des scientifiques de la NASA ont modélisé ce que serait le monde en 2040 sans le protocole de Montréal et l'interdiction d'utiliser des CFC : le trou dans la couche d'ozone aurait recouvert le monde entier et, sous les latitudes tempérées, à midi, par une journée d'été claire, on pourrait attraper un coup de soleil visible en 10 minutes. Ce scénario apocalyptique a pu être évité grâce aux mesures prises à temps par la communauté mondiale.

En 2003, l'ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, a qualifié le protocole de Montréal de "peut-être l'accord international sur l'environnement le plus réussi". Vingt ans plus tard, il reste peut-être le seul exemple de la manière dont les efforts combinés des politiques et des scientifiques ont conduit à un changement rapide et positif à l'échelle de la planète.

Comment a-t-il été possible de négocier la protection de la couche d'ozone ?

Les fabricants de produits chimiques n'ont certainement pas apprécié que les scientifiques accusent leurs produits de détruire la couche d'ozone. Un cadre de DuPont, par exemple, a écrit que "la théorie de la destruction de l'ozone est de la science-fiction". Mais il est vite apparu que les substituts potentiels des CFC - propane, butane et isobutane - étaient moins chers à produire, de sorte que l'opposition de l'industrie s'est atténuée.

En outre, les organisations de défense de l'environnement et des consommateurs ont mené des campagnes de masse, notamment en boycottant les entreprises utilisant des CFC. Cette pression a contraint certaines entreprises américaines à abandonner les CFC avant même qu'ils ne soient interdits à l'échelle mondiale. Ainsi, lorsque le protocole de Montréal a été adopté, le marché des CFC s'était déjà contracté.

Pour faciliter le rejet des CFC par les pays en développement, les États-Unis et leurs alliés ont fourni 160 millions de dollars en transfert de technologie. Enfin, le succès du protocole a été favorisé par le fait qu'il imposait des sanctions interdisant le commerce d'un certain nombre de substances appauvrissant la couche d'ozone avec les pays qui ne l'avaient pas signé, ce qui a encouragé d'autres États à adhérer à l'accord.

Néanmoins, le chemin vers un monde sans trou d'ozone a été tortueux. En 2019, il a été révélé que les émissions illégales de trichlorofluorométhane (CFC-11), interdites par le protocole de Montréal, augmentaient depuis plusieurs années dans deux provinces industrialisées de l'est de la Chine. Le CFC-11 était très probablement utilisé dans la fabrication de mousse de polystyrène. Les émissions chinoises risquaient de retarder considérablement la reconstitution de la couche d'ozone.

Heureusement, quatre ans plus tard, le gouvernement chinois a largement arrêté les émissions de trichlorofluorométhane, ce qui permet aux scientifiques de confirmer que la couche d'ozone se reconstituera complètement d'ici quelques décennies. Les émissions de la Chine au cours des dernières années, bien qu'elles retardent la fin heureuse, ne la retardent que d'un an, notent les auteurs du rapport.

Le réchauffement climatique est-il un mythe ou une vérité ?

Des moyens simples pour réduire l'empreinte carbone de votre entreprise

Les effets du dioxyde de carbone sur la pollution atmosphérique

Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cela. En savoir plus Politique de confidentialité

Accept